Information concernant l’infection par l’influenza aviaire sur le territoire

Information concernant l’infection par l’influenza aviaire sur le territoire de la Municipalité de Saint-Gabriel-de-Valcartier

La Municipalité tient à démontrer sa solidarité auprès des producteurs de volailles du territoire concernant l’influenza aviaire. Il y a toujours eu une bonne cohabitation entre le milieu agricole et urbain et la Municipalité souhaite que celle-ci continue pendant cette période difficile. Nous savons que la problématique d’odeur nauséabonde est désagréable pour les citoyens, mais celle-ci est inévitable et surtout temporaire.

La Fédération des éleveurs de volailles du Québec et l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) nous ont donné plus de précisions sur la situation actuelle dans notre Municipalité.

L’ACIA confirme qu’il y a trois sites de dindons commerciaux qui sont infectés par l’influenza aviaire hautement pathogène (IAHP). Malheureusement, un quatrième site s’est ajouté le jeudi 21 juillet. Ces infections ne représentent pas un risque à l’environnement ou à la santé publique.

Depuis la confirmation du virus sur les sites, l’ACIA a pris le contrôle des opérations qui comprennent:

  • soumission d’échantillons et analyse;
  • restrictions et contrôles des déplacements, p. ex., quarantaines, permis pour accéder aux sites ayant de la volaille;
  • enquête épidémiologique (retraçage des déplacements et liens entre le site infecté et d’autres lieux);
  • destruction et élimination des carcasses;
  • nettoyage et désinfection des lieux d’élevage.

Actuellement, les étapes suivantes ont été réalisées :

  • le dépeuplement a eu lieu sans cruauté à l’aide de méthodes reconnues à l’échelle internationale
  • les carcasses sont en cours d’élimination par compostage, conformément aux exigences provinciales et municipales. Le compostage est une méthode d’élimination courante.
    • L’ACIA travaille directement avec les producteurs des élevages commerciaux et les compagnies spécialisées en compostage afin de créer des plans de destruction et d’élimination spécifiques à chaque site et de réaliser une évaluation des risques. Les exigences de ces plans comprennent entre autres :
  • Une distance minimale doit séparer les zones de compostage de certains éléments sensibles, dont les puits, les cours d’eau, les habitations voisines et la voie publique;
  • Les andains de compost ne doivent pas être placés sur des sols organiques;
  • Une couche de substrat doit recouvrir l’andain pour atténuer les odeurs dégagées par la décomposition des cadavres.
  • Aux sites infectés, l’ensemble des opérations de compostage est fait ou sera fait à l’intérieur des bâtiments. L’ACIA supervise les opérations afin de s’assurer qu’ils se déroulent de la façon la plus sécuritaire possible et que toutes les mesures de précaution sont prises pour prévenir la propagation potentielle de l’IAHP. À ce jour :
  • Le compostage sur le 1er site est terminé.
  • Le compostage au 2e site est prévu se terminer le 22 juillet 2022.
  • Le compostage au 3e site doit commencer le 25 juillet 2022 et se poursuivra pour environ deux semaines.
  • Le compostage du 4e site suivra.
  • Les odeurs émanant de la décomposition des carcasses sont, nous le convenons, bien désagréables. Tout de même les activités de compostage devraient diminuer progressivement les odeurs avec l’avancement des travaux.

De plus, rien n’indique que la consommation de volaille ou d’œufs cuits pourrait transmettre l’IAHP aux humains. Toutes les preuves à ce jour indiquent que la cuisson minutieuse de la viande tuera le virus.

Les renseignements les plus récents sur les éclosions d’influenza aviaire hautement pathogène sont disponibles sur le site Web de l’ACIA.

Pour les élevages de basse-cour

Nous désirons également rappeler aux propriétaires d’oiseaux d’élevage de rehausser leurs mesures de biosécurité et de se conformer au Règlement sur les conditions de salubrité des lieux de garde d’oiseaux captifs. Nous recommandons également aux propriétaires d’oiseaux d’élevage, tant sur les fermes commerciales que dans les basses-cours, de prendre les précautions suivantes :

  • Évitez tout contact direct ou indirect entre les oiseaux d’élevage et les oiseaux sauvages;
  • Si vos oiseaux doivent avoir accès à un enclos extérieur, un filet posé sur l’enclos devrait permettre d’éviter que les oiseaux sauvages s’y posent;
  • Évitez d’attirer les oiseaux sauvages par la présence de nourriture ou de plans d’eau à proximité du poulailler.
  • Limitez l’accès à la ferme aux personnes autorisées seulement. Assurez-vous que ces personnes respectent les mesures de biosécurité en vigueur.
  • Nettoyez et désinfectez les véhicules à moteur avant leur entrée sur les lieux d’élevage.
  • Évitez les rassemblements d’oiseaux.

Nous faisons appelle à la vigilance des propriétaires de volailles, comme exemple, les propriétaires de poules urbaines. Ils doivent surveiller les signes de grippe aviaire chez leurs oiseaux : un manque d’énergie et d’appétit, une diminution de la production d’œufs et la ponte de nombreux œufs à coquille molle ou sans coquille, une enflure de la tête, des paupières, de la crête, des caroncules et des jarrets, une toux, des éternuements, des signes nerveux, une diarrhée, un manque de coordination ou une mort subite. En cas de mortalités inhabituelles ou de signes de la maladie, il faut contacter la ligne téléphonique d’urgence de l’ACIA au 450-768-6763.

Chers citoyens, merci pour votre soutien et votre compréhension et bon courage aux producteurs de volailles pour traverser cette crise.

Menu